fbpx

Il y a de L’espoir ici

Nous savons que chaque personne a une histoire particulière et un potentiel unique. Nous croyons que chaque personne mérite d’avoir accès aux ressources et aux possibilités d’améliorer sa vie, à son propre rythme. Lisez quelques-unes des histoires de nos clients et voyez jusqu’où l’espoir peut vous mener.

L’HISTOIRE DE CORRINE

Alors qu’elle semblait avoir tout perdu, Corinne a trouvé le chemin de la guérison.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE D’EMER

Emer a fait du Canada son pays d’origine, puis s’est consacrée à l’aide aux sans-abri.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE STEPHANIE

Les choses sont allées de mal en pire jusqu’à une nuit charnière. Stephanie savait que les choses devaient changer.

EN SAVOIR PLUS

Corinne, résidente à The Oaks, la résidence permanente du programme de gestion de l’alcool des Bergers de l’espoir.

L’HISTOIRE DE CORRINE

Alors qu’elle semblait avoir tout perdu, Corinne a trouvé le chemin de la guérison

Lorsque Corinne est arrivée chez les Bergers de l’espoir, elle avait beaucoup perdu : sa maison, son emploi, son copain et sa famille. Mais après toutes ces pertes, elle a trouvé le chemin la guérison.

“En 51 ans, c’est le plus heureux que je n’ai jamais été.”

– Corinne, résidente à The Oaks

“UNE ALCOOLIQUE FONCTIONNELLE”
Corinne se décrit comme ayant été « une alcoolique fonctionnelle ». Elle a commencé à boire à 33 ans et, bien qu’elle boive tous les jours, elle a réussi à garder un emploi dans un hôtel au centre-ville d’Ottawa, et elle avait un copain et une vie sociale. Elle a caché sa consommation d’alcool à ses amis, à sa famille et à son employeur.

Mais au fur et à mesure que sa consommation d’alcool s’aggravait, Corinne a perdu son emploi et ne pouvait plus garder son alcoolisme secret. Avec le soutien de ses proches, elle s’est inscrite à un programme de réadaptation et l’a terminé, mais elle a rechuté peu après.

Lorsque Corinne buvait, elle appelait ses parents, les accusant d’avoir ruiner sa vie. Quand ils ont cessé de répondre à ses appels, elle a commencé à appeler ses proches et amis. Finalement, ils ont aussi fait le choix difficile de se retirer de Corinne, et son comportement erratique et perturbateur.

Vivant dans une petite communauté au sud d’Ottawa, Corinne se sentait isolée. Elle n’avait aucun moyen de transport et aucun emploi. Elle était ivre tous les jours. Finalement, en désespoir de cause, son copain a emballé ses vêtements et l’a chassée de leur maison.

Effrayée, en colère et seule, Corinne ne savait pas vers qui se tourner. « Je n’avais jamais eu d’expérience avec l’itinérance ou la vie dans la rue « , se souvient Corinne.

DIAGNOSTIQUÉ ET STABILISÉ
Heureusement, les Bergers ont été là pour elle. Elle a été admise à l’unité de soins spéciaux pour femmes, où elle a vécu pendant plusieurs mois pendant que son état se stabilisait. Des professionnels de la santé lui ont diagnostiqué un trouble bipolaire et lui ont prescrit des médicaments pour gérer son état ; l’équipe des Bergers l’ont aidée à apprendre comment stabiliser sa santé mentale.

Une fois stabilisée, elle s’est inscrite au Programme d’alcool contrôlé des Bergers (PAC) de renommée internationale. La santé de Corinne a continué de s’améliorer et on lui a offert la chance de déménager à The Oaks, le centre de logement en milieu de soutien du PAC. Elle est devenue l’une de ses premières résidentes.

UNE VIE TRANSFORMÉE
Le moment venu, Corinne a décidé de renouer avec ses parents. Elle était extrêmement nerveuse. Elle ne savait pas si elle pouvait réparer les années de dommages causés par la colère et la violence verbale qu’elle leur avait infligées. Est-ce qu’ils lui pardonneraient ?

Ses parents ont accepté de lui rendre visite pour Noël à The Oaks. Quand ils sont arrivés, Corinne s’est mise à pleurer. Ils lui ont pardonné. Aujourd’hui, elle s’entretient chaque semaine avec sa mère et son père.

Aujourd’hui, la vie de Corinne a été transformée grâce au dévouement du personnel de The Oaks et à son propre travail acharné. Elle commence sa journée avec un café et on la voit souvent avec une bouteille d’eau à la main. Elle est bavarde et optimiste. De temps en temps, elle passe une soirée avec des amis. Elle n’a aucun désir de retourner à ses jours de beuverie.

Lorsqu’on lui demande à quoi ressemble la vie aujourd’hui, Corinne fait une pause et recueille ses pensées : « En 51 ans, je n’ai jamais été aussi heureuse. »

FAIRE UN DON AU NOM DE CORINNE

 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

“Si vous avez eu de la chance dans votre vie, vous devriez aider les autres. »
– Emer Cronin, bénévole et donateur des Bergers de l’espoir

L’HISTOIRE D’EMER

Au début des années 80, Emer Cronin, avec son mari Barry et leurs deux enfants, a émigré de l’Irlande au Canada. Ils ont pensé que ce serait amusant d’essayer de vivre dans un autre pays pendant quelques années.

Trente-cinq ans et deux autres enfants plus tard, ils sont toujours là.

PAS DE REPOS LE DIMANCHE
C’est l’église d’Emer qui l’a amenée aux Bergers de l’espoir. Depuis 1988, l’église Divine Infant d’Orléans fournit la cuisine des Bergers de l’espoir avec des bénévoles les dimanches de juillet et août, couvrant plus de fins de semaine que toute autre paroisse de la ville.

Emer s’est impliquée en aidant à coordonner 15 à 20 bénévoles pour chaque quart de travail au cours des neuf fins de semaine de l’été et en dirigeant une équipe qui a aidé à préparer et à servir les repas.

Elle a découvert qu’elle aimait l’atmosphère inclusive des Bergers et le fait que les clients étaient traités avec dignité et respect. Ainsi, lorsqu’elle a eu l’occasion de prendre un mercredi de congé de son travail de jour, elle a décidé d’utiliser son temps pour faire du bénévolat dans le cadre du programme de vêtements Bergers. Cela a donné à Emer l’occasion d’établir des liens personnels et de répondre à un besoin très réel dans notre communauté – quelque chose qui compte profondément pour elle.

« LE BESOIN EST SANS FIN »
Lorsqu’on l’interroge sur l’impact qu’elle ressent, Emer répond :  » Parfois, on a l’impression d’être une petite goutte d’eau dans l’océan. Le besoin est infini. Quand j’ai emménagé ici, je ne pensais pas qu’Ottawa aurait un tel besoin, et il ne cesse de grandir. »

La tâche d’aider est intimidante, mais elle dit :  » C’est tellement mieux que de ne rien faire. Il fait aussi passer le mot et répand le message dans toute la communauté. »

PLUS D’UNE FAÇON D’AIDER
Emer croit que si vous avez eu de la chance dans votre propre vie, vous devriez aider les autres. En fait, aider les autres est l’une de ses valeurs fondamentales, c’est pourquoi Emer choisit aussi de faire un don généreux aux Bergers de l’espoir sur une base mensuelle.

“ON FAIT CE QU’ON PEUT GRÂCE AU BÉNÉVOLAT, MAIS ON N’A QUE QUELQUES HEURES PAR SEMAINE. L’ARGENT PEUT ÊTRE UTILISÉ À BON ESCIENT À TOUT MOMENT.”

« Vous pouvez voir la croissance de l’organisation grâce à des programmes novateurs, dit-elle. « Et on peut voir les fonds aider les différents programmes à se développer. »

Les Bergers de l’espoir sont reconnaissants envers notre équipe dévouée de bénévoles et de donateurs mensuels – des gens comme Emer, qui nous aident à fournir des foyers pour tous, une communauté pour tous et de l’espoir pour tous.
 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

« PENDANT LES SIX MOIS QUE J’AI PASSÉS CHEZ LES BERGERS DE L’ESPOIR, LE PERSONNEL A TOUJOURS ÉTÉ LÀ POUR MOI, MÊME QUAND J’ÉTAIS AU PLUS MAL ET JE ME SENTAIS VRAIMENT PERDU »

L’HISTOIRE DE STEPHANIE

À 33 ans, la vie de Stéphanie était dans le chaos.

Elle avait trois enfants, ses parents s’étaient séparés et sa mère avait emménagé avec elle et ses enfants. Mais, comme une blague cruelle, au moment où elle avait le plus besoin d’aide, la maladie de Parkinson a pris le contrôle de la vie de sa mère et ses dépendances ont pris le contrôle de la sienne.

Les choses sont allées de mal en pire jusqu’à une nuit charnière. En marchant avec son bébé dans les bras et ses deux enfants plus âgés derrière elle, elle fouillait les allées à la recherche de son trafiquant de drogue pour trouver son prochain coup.

C’EST À CE MOMENT-LÀ, EN TENANT SON ENFANT D’UNE MAIN ET SON TRAFIQUANT DE DROGUE LUI REMETTANT DE LA CRACK DE L’AUTRE, QU’ELLE A SU QUE LES CHOSES DEVAIENT CHANGER.

Stephanie savait que ce n’était pas la vie que ses enfants méritaient. Elle a dû faire la chose la plus difficile qu’elle n’ait jamais faite. « Je n’oublierai jamais d’avoir assis mes trois enfants pour leur dire :  » Maman est malade et ne peut plus prendre soin de vous  » et qu’ils allaient être adoptés par des gens qui pouvaient les aimer et les soigner correctement. »

GRANDISSANT
Stephanie est née et a grandi à Arnprior – une fille de la vallée de part en part – et son enfance était semblable à celle des autres. Ses parents l’aimaient et la soutenaient.

Bien sûr, la vie n’a pas toujours été parfaite. Ses parents étaient des alcooliques fonctionnelles et travaillaient à temps plein. Elle a grandi avec des gens qui avaient leurs propres dépendances, mais cela ne les a jamais empêchés de la soutenir quand elle avait besoin d’aide.

Tout juste sortie de l’école secondaire, Stéphanie s’est inscrite à une école de beauté au centre-ville d’Ottawa parce qu’elle aimait, et aime toujours, se coiffer et se maquiller. Cela a été une grande partie de sa vie et une façon pour elle d’être artistique et de se sentir bien.

Mais pour une fille de la vallée, Stephanie a trouvé la ville et la vie nocturne du centre-ville séduisantes – les rues sombres avec des lumières vives et un accès facile à toutes les drogues que vous pouvez imaginer. C’est devenu très vite une dépendance. Elle a commencé avec de la marijuana et a fini avec du crack cocaïne.

UNE COMMUNAUTÉ DE SOUTIEN
La première nuit qu’elle a passée au refuge des Bergers de l’espoir, elle a pleuré pour s’endormir. Elle avait peur de ne pas savoir exactement quand sa vie a déraillé.

« PENDANT LES SIX MOIS QUE J’AI PASSÉS CHEZ LES BERGERS DE L’ESPOIR, LE PERSONNEL A TOUJOURS ÉTÉ LÀ POUR MOI, MÊME QUAND J’ÉTAIS AU PLUS MAL ET JE ME SENTAIS VRAIMENT PERDU. »

Stephanie

Qu’il s’agisse de nourriture et de vêtements, de soutien communautaire ou d’aide à la recherche d’un emploi et de son propre logement, les Bergers de l’espoir a été présent à chaque étape du processus.

En 2016, Stéphanie était maintenant logée, mais avait encore besoin de subvenir à ses besoins. La meilleure façon de gagner de l’argent était de mendier en ville. Elle racontait aux gens comment elle avait trouvé un logement et leur demandait de lui donner un dollar ou deux pour l’aider.

Un jour, une femme s’est arrêtée et lui a offert un certain nombre d’articles ménagers qu’elle donnait. Des lampes, des tables d’appoint, des ustensiles de cuisine et plus encore ont été déposés à l’appartement de Stéphanie plus tard dans la journée, grâce à la gentillesse d’un étranger qui a vu quelqu’un dans le besoin et a fait preuve de compassion.

C’est à ce moment-là que la vie de Stéphanie allait changer pour toujours. Son état de santé s’est détérioré. Elle a eu un AVC en février 2016. La vie de Stéphanie consistait maintenant de beaucoup de douleur physique et émotionnelle, elle devait réapprendre à parler et à marcher à nouveau. Elle a lutté contre les pertes de mémoire et avait un long chemin à parcourir pour se rétablir.

Sa vie a vraiment changé pour toujours, c’était comme essayer de déplacer une montagne – une lutte qui ne peut être menée seule. Stéphanie a repris le contrôle de sa vie, elle a arrêté de se droguer. Elle est maintenant sobre depuis 4 ans. Elle a gardé sa maison et elle a également décroché un emploi chez les Bergers de l’espoir en tant qu’intervenante de soutien par les pairs. En tant que travailleuse avec des pairs, Stephanie dirige un programme de beauté et d’hygiène pour les femmes itinérantes qui séjournent au refuge.

« Je suis vraiment heureuse. J’adore venir travailler tous les jours. Non seulement j’ai renoué avec ma passion pour la cosmétologie, mais je suis en mesure d’en faire bon usage pour certaines des femmes les plus vulnérables d’Ottawa. »
 

FAIRE UN DON AU NOM DE STÉPHANIE


 

L’HISTOIRE DE JESSE

Because Shepherds was there in his darkest hours, Jesse survived the street to become an award-winning scholar and advocate.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE JIMMY

You may have seen Jimmy on CBC’s The Fifth Estate. Learn the rest of his story.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE JONAH

Jonah’s path from the street to stable employment and a permanent home was through our Rapid Housing and Employment Program.

EN SAVOIR PLUS

« Les bergers m’ont ouvert leurs portes quand personne d’autre ne le voulait. Ils m’ont sauvé la vie. »
– Jesse, ancien résident des Bergers de l’espoir et étudiant au doctorat actuel

L’HISTOIRE DE JESSE

Jesse est né dans une petite communauté métisse crie du nord de la Saskatchewan.

Sa famille a des antécédents de traumatisme et de toxicomanie. En grandissant, il a eu de la difficulté à comprendre son identité et s’est finalement tourné vers l’alcool et la drogue pour échapper à la douleur qu’il ressentait. Il a essayé le crack pour la première fois à l’âge de 21 ans, et pendant les 11 années suivantes, toute sa vie a été consacrée à se défoncer.

LES ANNÉES LES PLUS DURES
Il ferait n’importe quoi pour obtenir sa prochaine dose, et c’est pourquoi, en 2006, Jesse a été arrêté pour vol qualifié. Au moment de la détermination de la peine, le juge a pris de la sympathie pour lui et a accepté de le libérer à la condition qu’il entre en désintoxication et se débarrasse de son habitude. Il s’est inscrit à un programme de réadaptation à Ottawa, mais il s’est vite retrouvé dans la rue. Sa dépendance était trop puissante.

Jesse affirme que les deux années suivantes ont été les plus difficiles de sa vie. Sa drogue a complètement pris le dessus sur son existence. Il s’est retrouvé endormi dans les cages d’escaliers, les ruelles et à l’extérieur. Il a perdu tout espoir.

Et puis il a trouvé les Bergers de l’espoir.

« JE N’AVAIS RIEN »
« Les Bergers de l’espoir étaient là pour moi dans mes heures les plus sombres. La pire période de ma dépendance a eu lieu en 2007 et 2008, lorsque j’étais le plus actif dans ma consommation de drogues. Pendant ce temps, alors qu’aucun autre refuge ne voulait me prendre, je suis resté aux Bergers de l’espoir. Ils étaient là pour moi pendant cette période critique de ma vie « , dit Jesse.

« Je n’avais rien : pas de vêtements, pas de nourriture, pas d’argent et nulle part où aller. L’hiver a été brutalement froid à Ottawa. Je trouvais un repas chaud à manger et un lit pour dormir chez Les Bergers. C’était mon seul espoir. Les Bergers m’ont ouvert leurs portes quand personne d’autre ne le voulait. » Jesse continue.

“LES BERGERS DE L’ESPOIR M’ONT GARDÉ EN VIE.”

« J’étais ce type qu’on voyait mendier au coin de la rue Murray et l’avenue King Edward. Je me promenais au marché By, mendiant de l’argent pour acheter de la drogue. J’avais l’habitude de visiter le programme de vêtements des Bergers de l’espoir pour mes achats mensuels. Comme j’étais sans-abri, je ne pouvais pas vraiment laver mes vêtements, alors j’utilisais ce programme pour aider à rester propre. »

RECONNEXION
En 2008, Jesse a de nouveau été arrêté. Le juge lui a donné le choix : prendre la désintoxication au sérieux ou aller en prison. Pendant son séjour en réadaptation, il a réussi à obtenir un diplôme d’études secondaires et est entré dans un programme de transition à l’Université Carleton. De là, il s’est inscrit à l’Université York pour obtenir son diplôme de premier cycle et a étudié l’histoire autochtone.

Pendant ses études, il a exploré l’histoire de sa famille. Il a renoué le contact avec son créateur.

Il s’est également renseigné sur le traumatisme intergénérationnel subi par de nombreux peuples autochtones et a reconnu sa place dans ce cycle de traumatismes. Il a découvert comment des traumatismes non résolus pouvaient se manifester par des comportements autodestructeurs, et il a identifié cela comme la cause profonde de ses problèmes de dépendance.

PLUS DE 21 % DES CLIENTS DES BERGERS S’IDENTIFIENT COMME AUTOCHTONES, ET UN BON NOMBRE D’ENTRE EUX ONT DES ANTÉCÉDENTS DE TRAUMATISME ET DE VIOLENCE QUI ONT ENTRAÎNÉ DES PROBLÈMES DE TOXICOMANIE ET DE SANTÉ MENTALE.

“EN CHACUN DE NOUS EST UNE PERSONNE QUI PEUT RÉUSSIR”
Jesse a poursuivi ses études à la maîtrise à l’Université de Waterloo. En 2016, il a reçu la Bourse d’études supérieures du Canada Vanier et la Bourse de la Fondation Trudeau – les deux plus importantes bourses de doctorat au pays. Il est chercheur en résidence sur l’itinérance autochtone à l’Observatoire canadien sur l’itinérance. Il a également reçu la Médaille académique du Gouverneur général.

En septembre dernier, Jesse a commencé à préparer un doctorat à l’Université York.

« Les Bergers de l’espoir m’ont sauvé la vie », dit-il. « Je n’ai jamais oublié mon passé et les expériences qui m’ont aidé à devenir ce que je suis aujourd’hui. Je suis à jamais reconnaissant aux Bergers d’avoir été là pour moi lorsque j’en avais besoin. Je suis reconnaissant qu’ils ne m’aient pas tourné le dos à cause de ma dépendance. Je suis reconnaissant qu’ils m’aient aidé à me donner une seconde chance. »

Jesse est aussi un donateur mensuel pour Les Bergers.

« En chacun de nous, il y a une personne qui peut réussir, quelles que soient nos afflictions passées ou présentes, dit-il. « Votre don aux Bergers de l’espoir pourrait aider le prochain boursier Trudeau-Vanier, le prochain médaillé du Gouverneur général. »

 

FAIRE UN DON AU NOM DE JESSE


 

“C’est bien de se réveiller au même endroit tous les jours, au lieu d’être dans la rue. C’est effrayant dehors.”
– Jimmy, résidant à The Oaks, la résidence permanente du programme de gestion de l’alcool des Bergers de l’espoir.

L’HISTOIRE DE JIMMY

Quand Jimmy est arrivé aux Bergers de l’espoir en 2014, il vivait dans la rue depuis presque sept ans. Mais cela n’a pas toujours été le cas.

Jimmy avait possédé et exploité sa propre entreprise dans le Nord de l’Ontario, avait une famille, une femme et une maison. Quand son entreprise a commencé à faire faillite, il a commencé à boire pour aider à faire face au stress. Quand l’entreprise a fermé, sa consommation d’alcool a empiré. Quand sa femme n’a plus supporté qu’il boive, elle l’a quitté.

QUI NOURRIT SA DÉPENDANCE
En un rien de temps, Jimmy vivait dans la rue. Il buvait tout ce qu’il pouvait pour nourrir sa dépendance, y compris des substances dangereuses comme le rince-bouche, l’alcool à friction et le vin de cuisine.

JIMMY A PASSÉ HUIT MOIS À DORMIR SOUS UNE REMORQUE DE TRANSPORT GARÉE.

Se battre pour survivre aux dures réalités de la vie dans la rue était épuisant, et lorsque Jimmy est arrivé à notre refuge d’urgence, il avait perdu tout espoir.

CE SONT LES PETITES CHOSES
Jimmy a passé six mois dans le Programme d’alcool contrôlé (PAC) au centre-ville des Bergers de l’espoir, se remettant du traumatisme de la vie dans la rue. Là, les Bergers ont aidé Jimmy à se stabiliser, lui fournissant un endroit chaud pour dormir et trois repas par jour, et l’ont détourné de la consommation de produits non consommables dangereux.

Quand il a été prêt, il a déménagé à The Oaks, le centre de logement en milieu de soutien du PAC, où il vit toujours.

Lorsqu’il parle de son voyage, Jimmy se concentre sur de petites choses que les autres pourraient facilement tenir pour acquises : « C’est bien de se réveiller au même endroit tous les jours, au lieu d’être dans la rue. Tu te fais tabasser, cambrioler dans la rue. C’est effrayant dehors, surtout la nuit. Ne pas pouvoir prendre une douche, ne pas savoir si tu vas manger. Maintenant, je n’ai plus aucun de ces soucis « , dit-il.

“MAINTENANT MON PLUS GRAND SOUCI EST D’ESPÉRER QUE CET ENDROIT NE FERME JAMAIS.”

APPELS TÉLÉPHONIQUES INATTENDUS
L’un des plus grands cadeaux que le logement en milieu de soutien des Bergers de l’espoir offre à ses résidents est le don de les réunir avec les membres de leur famille dont ils sont séparés.

En raison de la stabilité que procurent nos installations de logement en milieu de soutien, il n’est pas rare que nos résidents se réunissent avec des membres de leur famille qui se sont séparés. Nous voyons souvent une fille renouer le contact avec ses parents, un père se réconcilier avec ses enfants ou des frères et sœurs se parler pour la première fois depuis des années.

Récemment, Jimmy a reçu un appel téléphonique de son neveu, un agent de la Police provinciale de l’Ontario qui vit dans le Nord de l’Ontario. Il avait vu Jimmy dans un épisode de l’émission The Fifth Estate de la CBC qui présentait un reportage sur le programme novateur de réduction des méfaits The Oaks. Il voulait tendre la main à son oncle pour lui dire qu’il était fier de lui.

Peu de temps après, l’ex-femme de Jimmy l’a appelé. C’était la première fois qu’ils parlaient depuis des années. Elle lui a dit qu’elle avait de l’espoir pour son avenir.

Et pour la première fois depuis longtemps, Jimmy a de l’espoir pour son avenir.
 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

Un emploi à temps plein à l’atelier de Bonne Journée a donné à Jonah l’occasion d’établir un horaire sain et stable, de s’engager dans un plan de rétablissement et de gagner un revenu.

L’HISTOIRE DE JONAH

Jonah est né à Hall Beach, au Nunavut. Il est venu à Ottawa à l’âge adulte pour se rapprocher de sa famille qui vivait dans la région et pour profiter des possibilités offertes par la grande ville.

Mais les choses ne se sont pas passées exactement comme il l’avait imaginé. Jonah a dû faire face à des problèmes d’abus d’alcool et d’autres drogues et a fini par vivre dans la rue, à l’intérieur et à l’extérieur du système des refuges.

N’A PAS D’EMPLOI, MAIS TRAVAILLE TOUJOURS
Pendant ses années dans la rue, Jonah a eu accès au Programme d’abris d’urgence transitoire des Bergers de l’espoir, où il a travaillé avec un gestionnaire de cas et a reçu des services adaptés à ses besoins particuliers.

Jonah a réussi à décrocher des petits boulots ici et là, mais malgré son éthique et son dynamisme au travail, il n’a jamais réussi à obtenir un emploi durable à temps plein.

Pour combler son temps entre deux emplois par des activités significatives, Jonah a commencé à aider le personnel du refuge et à faire du bénévolat dans la cuisine des Bergers. Le personnel a pris note de la nature laborieuse de Jonah et l’a identifié comme un candidat potentiel pour le Programme de logement et de l’emploi rapide (PLER).

UN BON JOUR SE LÈVE
Dès qu’il y a eu une ouverture, les travailleurs sociaux du PLER ont offert à Jonah un emploi chez les affaires de l’entreprise social des Bergers de l’espoir, atelier de Bonne Journée.

Cette expérience de travail à temps plein lui a donné l’occasion d’établir un horaire sain et stable, de s’engager dans un plan de rétablissement et de gagner un revenu qu’il a mis de côté pour acheter sa propre maison.

L’une des réalisations les plus chères à Jonah à la suite de son emploi à l’atelier de Bonne Journée a été de pouvoir acheter des cadeaux pour sa fille et son nouveau petit-fils au Nunavut.

LE FAIT DE POUVOIR RENOUER AVEC SA FAMILLE A APPORTÉ À JONAH UNE JOIE INCROYABLE.

Et pendant que Jonah participait au programme PLER, son gestionnaire de cas l’a aidé à obtenir un logement permanent. Ainsi, bien que ce soit la fin du temps de Jonas avec les Bergers, c’est le début d’un tout nouveau chapitre de sa vie.

 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

Il y a de L’espoir ici

Nous savons que chaque personne a une histoire particulière et un potentiel unique. Nous croyons que chaque personne mérite d’avoir accès aux ressources et aux possibilités d’améliorer sa vie, à son propre rythme. Lisez quelques-unes des histoires de nos clients et voyez jusqu’où l’espoir peut vous mener.

L’HISTOIRE DE CORRINE

Alors qu’elle semblait avoir tout perdu, Corinne a trouvé le chemin de la guérison.

N SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE CORRINE

Corinne, résidente à The Oaks, la résidence permanente du programme de gestion de l’alcool des Bergers de l’espoir.

Alors qu’elle semblait avoir tout perdu, Corinne a trouvé le chemin de la guérison

Lorsque Corinne est arrivée chez les Bergers de l’espoir, elle avait beaucoup perdu : sa maison, son emploi, son copain et sa famille. Mais après toutes ces pertes, elle a trouvé le chemin la guérison.

“En 51 ans, c’est le plus heureux que je n’ai jamais été.”

– Corinne, résidente à The Oaks

“UNE ALCOOLIQUE FONCTIONNELLE”
Corinne se décrit comme ayant été « une alcoolique fonctionnelle ». Elle a commencé à boire à 33 ans et, bien qu’elle boive tous les jours, elle a réussi à garder un emploi dans un hôtel au centre-ville d’Ottawa, et elle avait un copain et une vie sociale. Elle a caché sa consommation d’alcool à ses amis, à sa famille et à son employeur.

Mais au fur et à mesure que sa consommation d’alcool s’aggravait, Corinne a perdu son emploi et ne pouvait plus garder son alcoolisme secret. Avec le soutien de ses proches, elle s’est inscrite à un programme de réadaptation et l’a terminé, mais elle a rechuté peu après.

Lorsque Corinne buvait, elle appelait ses parents, les accusant d’avoir ruiner sa vie. Quand ils ont cessé de répondre à ses appels, elle a commencé à appeler ses proches et amis. Finalement, ils ont aussi fait le choix difficile de se retirer de Corinne, et son comportement erratique et perturbateur.

Vivant dans une petite communauté au sud d’Ottawa, Corinne se sentait isolée. Elle n’avait aucun moyen de transport et aucun emploi. Elle était ivre tous les jours. Finalement, en désespoir de cause, son copain a emballé ses vêtements et l’a chassée de leur maison.

Effrayée, en colère et seule, Corinne ne savait pas vers qui se tourner. « Je n’avais jamais eu d’expérience avec l’itinérance ou la vie dans la rue « , se souvient Corinne.

DIAGNOSTIQUÉ ET STABILISÉ
Heureusement, les Bergers ont été là pour elle. Elle a été admise à l’unité de soins spéciaux pour femmes, où elle a vécu pendant plusieurs mois pendant que son état se stabilisait. Des professionnels de la santé lui ont diagnostiqué un trouble bipolaire et lui ont prescrit des médicaments pour gérer son état ; l’équipe des Bergers l’ont aidée à apprendre comment stabiliser sa santé mentale.

Une fois stabilisée, elle s’est inscrite au Programme d’alcool contrôlé des Bergers (PAC) de renommée internationale. La santé de Corinne a continué de s’améliorer et on lui a offert la chance de déménager à The Oaks, le centre de logement en milieu de soutien du PAC. Elle est devenue l’une de ses premières résidentes.

UNE VIE TRANSFORMÉE
Le moment venu, Corinne a décidé de renouer avec ses parents. Elle était extrêmement nerveuse. Elle ne savait pas si elle pouvait réparer les années de dommages causés par la colère et la violence verbale qu’elle leur avait infligées. Est-ce qu’ils lui pardonneraient ?

Ses parents ont accepté de lui rendre visite pour Noël à The Oaks. Quand ils sont arrivés, Corinne s’est mise à pleurer. Ils lui ont pardonné. Aujourd’hui, elle s’entretient chaque semaine avec sa mère et son père.

Aujourd’hui, la vie de Corinne a été transformée grâce au dévouement du personnel de The Oaks et à son propre travail acharné. Elle commence sa journée avec un café et on la voit souvent avec une bouteille d’eau à la main. Elle est bavarde et optimiste. De temps en temps, elle passe une soirée avec des amis. Elle n’a aucun désir de retourner à ses jours de beuverie.

Lorsqu’on lui demande à quoi ressemble la vie aujourd’hui, Corinne fait une pause et recueille ses pensées : « En 51 ans, je n’ai jamais été aussi heureuse. »

FAIRE UN DON AU NOM DE CORINNE

 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

L’HISTOIRE D’EMER

Emer a fait du Canada son pays d’origine, puis s’est consacrée à l’aide aux sans-abri.

EN SAVOIR PLUS

EMER’S STORY

“If you’ve been fortunate in your own life, you should help others.”
– Emer Cronin, Shepherds of Good Hope volunteer and donor

Au début des années 80, Emer Cronin, avec son mari Barry et leurs deux enfants, a émigré de l’Irlande au Canada. Ils ont pensé que ce serait amusant d’essayer de vivre dans un autre pays pendant quelques années.

Trente-cinq ans et deux autres enfants plus tard, ils sont toujours là.

PAS DE REPOS LE DIMANCHE
C’est l’église d’Emer qui l’a amenée aux Bergers de l’espoir. Depuis 1988, l’église Divine Infant d’Orléans fournit la cuisine des Bergers de l’espoir avec des bénévoles les dimanches de juillet et août, couvrant plus de fins de semaine que toute autre paroisse de la ville.

Emer s’est impliquée en aidant à coordonner 15 à 20 bénévoles pour chaque quart de travail au cours des neuf fins de semaine de l’été et en dirigeant une équipe qui a aidé à préparer et à servir les repas.

Elle a découvert qu’elle aimait l’atmosphère inclusive des Bergers et le fait que les clients étaient traités avec dignité et respect. Ainsi, lorsqu’elle a eu l’occasion de prendre un mercredi de congé de son travail de jour, elle a décidé d’utiliser son temps pour faire du bénévolat dans le cadre du programme de vêtements Bergers. Cela a donné à Emer l’occasion d’établir des liens personnels et de répondre à un besoin très réel dans notre communauté – quelque chose qui compte profondément pour elle.

« LE BESOIN EST SANS FIN »
Lorsqu’on l’interroge sur l’impact qu’elle ressent, Emer répond :  » Parfois, on a l’impression d’être une petite goutte d’eau dans l’océan. Le besoin est infini. Quand j’ai emménagé ici, je ne pensais pas qu’Ottawa aurait un tel besoin, et il ne cesse de grandir. »

La tâche d’aider est intimidante, mais elle dit :  » C’est tellement mieux que de ne rien faire. Il fait aussi passer le mot et répand le message dans toute la communauté. »

PLUS D’UNE FAÇON D’AIDER
Emer croit que si vous avez eu de la chance dans votre propre vie, vous devriez aider les autres. En fait, aider les autres est l’une de ses valeurs fondamentales, c’est pourquoi Emer choisit aussi de faire un don généreux aux Bergers de l’espoir sur une base mensuelle.

“ON FAIT CE QU’ON PEUT GRÂCE AU BÉNÉVOLAT, MAIS ON N’A QUE QUELQUES HEURES PAR SEMAINE. L’ARGENT PEUT ÊTRE UTILISÉ À BON ESCIENT À TOUT MOMENT.”

« Vous pouvez voir la croissance de l’organisation grâce à des programmes novateurs, dit-elle. « Et on peut voir les fonds aider les différents programmes à se développer. »

Les Bergers de l’espoir sont reconnaissants envers notre équipe dévouée de bénévoles et de donateurs mensuels – des gens comme Emer, qui nous aident à fournir des foyers pour tous, une communauté pour tous et de l’espoir pour tous.
 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

L’HISTOIRE DE STEPHANIE

Les choses sont allées de mal en pire jusqu’à une nuit charnière. Stephanie knew things had to change.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE STEPHANIE

« PENDANT LES SIX MOIS QUE J’AI PASSÉS CHEZ LES BERGERS DE L’ESPOIR, LE PERSONNEL A TOUJOURS ÉTÉ LÀ POUR MOI, MÊME QUAND J’ÉTAIS AU PLUS MAL ET JE ME SENTAIS VRAIMENT PERDU »

À 33 ans, la vie de Stéphanie était dans le chaos.

Elle avait trois enfants, ses parents s’étaient séparés et sa mère avait emménagé avec elle et ses enfants. Mais, comme une blague cruelle, au moment où elle avait le plus besoin d’aide, la maladie de Parkinson a pris le contrôle de la vie de sa mère et ses dépendances ont pris le contrôle de la sienne.

Les choses sont allées de mal en pire jusqu’à une nuit charnière. En marchant avec son bébé dans les bras et ses deux enfants plus âgés derrière elle, elle fouillait les allées à la recherche de son trafiquant de drogue pour trouver son prochain coup.

C’EST À CE MOMENT-LÀ, EN TENANT SON ENFANT D’UNE MAIN ET SON TRAFIQUANT DE DROGUE LUI REMETTANT DE LA CRACK DE L’AUTRE, QU’ELLE A SU QUE LES CHOSES DEVAIENT CHANGER.

Stephanie savait que ce n’était pas la vie que ses enfants méritaient. Elle a dû faire la chose la plus difficile qu’elle n’ait jamais faite. « Je n’oublierai jamais d’avoir assis mes trois enfants pour leur dire :  » Maman est malade et ne peut plus prendre soin de vous  » et qu’ils allaient être adoptés par des gens qui pouvaient les aimer et les soigner correctement. »

GRANDISSANT
Stephanie est née et a grandi à Arnprior – une fille de la vallée de part en part – et son enfance était semblable à celle des autres. Ses parents l’aimaient et la soutenaient.

Bien sûr, la vie n’a pas toujours été parfaite. Ses parents étaient des alcooliques fonctionnelles et travaillaient à temps plein. Elle a grandi avec des gens qui avaient leurs propres dépendances, mais cela ne les a jamais empêchés de la soutenir quand elle avait besoin d’aide.

Tout juste sortie de l’école secondaire, Stéphanie s’est inscrite à une école de beauté au centre-ville d’Ottawa parce qu’elle aimait, et aime toujours, se coiffer et se maquiller. Cela a été une grande partie de sa vie et une façon pour elle d’être artistique et de se sentir bien.

Mais pour une fille de la vallée, Stephanie a trouvé la ville et la vie nocturne du centre-ville séduisantes – les rues sombres avec des lumières vives et un accès facile à toutes les drogues que vous pouvez imaginer. C’est devenu très vite une dépendance. Elle a commencé avec de la marijuana et a fini avec du crack cocaïne.

UNE COMMUNAUTÉ DE SOUTIEN
La première nuit qu’elle a passée au refuge des Bergers de l’espoir, elle a pleuré pour s’endormir. Elle avait peur de ne pas savoir exactement quand sa vie a déraillé.

« PENDANT LES SIX MOIS QUE J’AI PASSÉS CHEZ LES BERGERS DE L’ESPOIR, LE PERSONNEL A TOUJOURS ÉTÉ LÀ POUR MOI, MÊME QUAND J’ÉTAIS AU PLUS MAL ET JE ME SENTAIS VRAIMENT PERDU. »

Stephanie

Qu’il s’agisse de nourriture et de vêtements, de soutien communautaire ou d’aide à la recherche d’un emploi et de son propre logement, les Bergers de l’espoir a été présent à chaque étape du processus.

En 2016, Stéphanie était maintenant logée, mais avait encore besoin de subvenir à ses besoins. La meilleure façon de gagner de l’argent était de mendier en ville. Elle racontait aux gens comment elle avait trouvé un logement et leur demandait de lui donner un dollar ou deux pour l’aider.

Un jour, une femme s’est arrêtée et lui a offert un certain nombre d’articles ménagers qu’elle donnait. Des lampes, des tables d’appoint, des ustensiles de cuisine et plus encore ont été déposés à l’appartement de Stéphanie plus tard dans la journée, grâce à la gentillesse d’un étranger qui a vu quelqu’un dans le besoin et a fait preuve de compassion.

C’est à ce moment-là que la vie de Stéphanie allait changer pour toujours. Son état de santé s’est détérioré. Elle a eu un AVC en février 2016. La vie de Stéphanie consistait maintenant de beaucoup de douleur physique et émotionnelle, elle devait réapprendre à parler et à marcher à nouveau. Elle a lutté contre les pertes de mémoire et avait un long chemin à parcourir pour se rétablir.

Sa vie a vraiment changé pour toujours, c’était comme essayer de déplacer une montagne – une lutte qui ne peut être menée seule. Stéphanie a repris le contrôle de sa vie, elle a arrêté de se droguer. Elle est maintenant sobre depuis 4 ans. Elle a gardé sa maison et elle a également décroché un emploi chez les Bergers de l’espoir en tant qu’intervenante de soutien par les pairs. En tant que travailleuse avec des pairs, Stephanie dirige un programme de beauté et d’hygiène pour les femmes itinérantes qui séjournent au refuge.

« Je suis vraiment heureuse. J’adore venir travailler tous les jours. Non seulement j’ai renoué avec ma passion pour la cosmétologie, mais je suis en mesure d’en faire bon usage pour certaines des femmes les plus vulnérables d’Ottawa. »

 

FAIRE UN DON AU NOM DE STÉPHANIE


 

L’HISTOIRE DE JESSE

Because Shepherds was there in his darkest hours, Jesse survived the street to become an award-winning scholar and advocate.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE JESSE

« Les bergers m’ont ouvert leurs portes quand personne d’autre ne le voulait. Ils m’ont sauvé la vie. »
– Jesse, ancien résident des Bergers de l’espoir et étudiant au doctorat actuel

Jesse est né dans une petite communauté métisse crie du nord de la Saskatchewan.

Sa famille a des antécédents de traumatisme et de toxicomanie. En grandissant, il a eu de la difficulté à comprendre son identité et s’est finalement tourné vers l’alcool et la drogue pour échapper à la douleur qu’il ressentait. Il a essayé le crack pour la première fois à l’âge de 21 ans, et pendant les 11 années suivantes, toute sa vie a été consacrée à se défoncer.

LES ANNÉES LES PLUS DURES
Il ferait n’importe quoi pour obtenir sa prochaine dose, et c’est pourquoi, en 2006, Jesse a été arrêté pour vol qualifié. Au moment de la détermination de la peine, le juge a pris de la sympathie pour lui et a accepté de le libérer à la condition qu’il entre en désintoxication et se débarrasse de son habitude. Il s’est inscrit à un programme de réadaptation à Ottawa, mais il s’est vite retrouvé dans la rue. Sa dépendance était trop puissante.

Jesse affirme que les deux années suivantes ont été les plus difficiles de sa vie. Sa drogue a complètement pris le dessus sur son existence. Il s’est retrouvé endormi dans les cages d’escaliers, les ruelles et à l’extérieur. Il a perdu tout espoir.

Et puis il a trouvé les Bergers de l’espoir.

« JE N’AVAIS RIEN »
« Les Bergers de l’espoir étaient là pour moi dans mes heures les plus sombres. La pire période de ma dépendance a eu lieu en 2007 et 2008, lorsque j’étais le plus actif dans ma consommation de drogues. Pendant ce temps, alors qu’aucun autre refuge ne voulait me prendre, je suis resté aux Bergers de l’espoir. Ils étaient là pour moi pendant cette période critique de ma vie « , dit Jesse.

« Je n’avais rien : pas de vêtements, pas de nourriture, pas d’argent et nulle part où aller. L’hiver a été brutalement froid à Ottawa. Je trouvais un repas chaud à manger et un lit pour dormir chez Les Bergers. C’était mon seul espoir. Les Bergers m’ont ouvert leurs portes quand personne d’autre ne le voulait. » Jesse continue.

“LES BERGERS DE L’ESPOIR M’ONT GARDÉ EN VIE.”

« J’étais ce type qu’on voyait mendier au coin de la rue Murray et l’avenue King Edward. Je me promenais au marché By, mendiant de l’argent pour acheter de la drogue. J’avais l’habitude de visiter le programme de vêtements des Bergers de l’espoir pour mes achats mensuels. Comme j’étais sans-abri, je ne pouvais pas vraiment laver mes vêtements, alors j’utilisais ce programme pour aider à rester propre. »

RECONNEXION
En 2008, Jesse a de nouveau été arrêté. Le juge lui a donné le choix : prendre la désintoxication au sérieux ou aller en prison. Pendant son séjour en réadaptation, il a réussi à obtenir un diplôme d’études secondaires et est entré dans un programme de transition à l’Université Carleton. De là, il s’est inscrit à l’Université York pour obtenir son diplôme de premier cycle et a étudié l’histoire autochtone.

Pendant ses études, il a exploré l’histoire de sa famille. Il a renoué le contact avec son créateur.

Il s’est également renseigné sur le traumatisme intergénérationnel subi par de nombreux peuples autochtones et a reconnu sa place dans ce cycle de traumatismes. Il a découvert comment des traumatismes non résolus pouvaient se manifester par des comportements autodestructeurs, et il a identifié cela comme la cause profonde de ses problèmes de dépendance.

PLUS DE 21 % DES CLIENTS DES BERGERS S’IDENTIFIENT COMME AUTOCHTONES, ET UN BON NOMBRE D’ENTRE EUX ONT DES ANTÉCÉDENTS DE TRAUMATISME ET DE VIOLENCE QUI ONT ENTRAÎNÉ DES PROBLÈMES DE TOXICOMANIE ET DE SANTÉ MENTALE.

“EN CHACUN DE NOUS EST UNE PERSONNE QUI PEUT RÉUSSIR”
Jesse a poursuivi ses études à la maîtrise à l’Université de Waterloo. En 2016, il a reçu la Bourse d’études supérieures du Canada Vanier et la Bourse de la Fondation Trudeau – les deux plus importantes bourses de doctorat au pays. Il est chercheur en résidence sur l’itinérance autochtone à l’Observatoire canadien sur l’itinérance. Il a également reçu la Médaille académique du Gouverneur général.

En septembre dernier, Jesse a commencé à préparer un doctorat à l’Université York.

« Les Bergers de l’espoir m’ont sauvé la vie », dit-il. « Je n’ai jamais oublié mon passé et les expériences qui m’ont aidé à devenir ce que je suis aujourd’hui. Je suis à jamais reconnaissant aux Bergers d’avoir été là pour moi lorsque j’en avais besoin. Je suis reconnaissant qu’ils ne m’aient pas tourné le dos à cause de ma dépendance. Je suis reconnaissant qu’ils m’aient aidé à me donner une seconde chance. »

Jesse est aussi un donateur mensuel pour Les Bergers.

« En chacun de nous, il y a une personne qui peut réussir, quelles que soient nos afflictions passées ou présentes, dit-il. « Votre don aux Bergers de l’espoir pourrait aider le prochain boursier Trudeau-Vanier, le prochain médaillé du Gouverneur général. »

 

FAIRE UN DON AU NOM DE JESSE


 

L’HISTOIRE DE JIMMY

You may have seen Jimmy on CBC’s The Fifth Estate. Learn the rest of his story.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE JIMMY

“C’est bien de se réveiller au même endroit tous les jours, au lieu d’être dans la rue. C’est effrayant dehors.”
– Jimmy, résidant à The Oaks, la résidence permanente du programme de gestion de l’alcool des Bergers de l’espoir.

Quand Jimmy est arrivé aux Bergers de l’espoir en 2014, il vivait dans la rue depuis presque sept ans. Mais cela n’a pas toujours été le cas.

Jimmy avait possédé et exploité sa propre entreprise dans le Nord de l’Ontario, avait une famille, une femme et une maison. Quand son entreprise a commencé à faire faillite, il a commencé à boire pour aider à faire face au stress. Quand l’entreprise a fermé, sa consommation d’alcool a empiré. Quand sa femme n’a plus supporté qu’il boive, elle l’a quitté.

QUI NOURRIT SA DÉPENDANCE
En un rien de temps, Jimmy vivait dans la rue. Il buvait tout ce qu’il pouvait pour nourrir sa dépendance, y compris des substances dangereuses comme le rince-bouche, l’alcool à friction et le vin de cuisine.

JIMMY A PASSÉ HUIT MOIS À DORMIR SOUS UNE REMORQUE DE TRANSPORT GARÉE.

Se battre pour survivre aux dures réalités de la vie dans la rue était épuisant, et lorsque Jimmy est arrivé à notre refuge d’urgence, il avait perdu tout espoir.

CE SONT LES PETITES CHOSES
Jimmy a passé six mois dans le Programme d’alcool contrôlé (PAC) au centre-ville des Bergers de l’espoir, se remettant du traumatisme de la vie dans la rue. Là, les Bergers ont aidé Jimmy à se stabiliser, lui fournissant un endroit chaud pour dormir et trois repas par jour, et l’ont détourné de la consommation de produits non consommables dangereux.

Quand il a été prêt, il a déménagé à The Oaks, le centre de logement en milieu de soutien du PAC, où il vit toujours.

Lorsqu’il parle de son voyage, Jimmy se concentre sur de petites choses que les autres pourraient facilement tenir pour acquises : « C’est bien de se réveiller au même endroit tous les jours, au lieu d’être dans la rue. Tu te fais tabasser, cambrioler dans la rue. C’est effrayant dehors, surtout la nuit. Ne pas pouvoir prendre une douche, ne pas savoir si tu vas manger. Maintenant, je n’ai plus aucun de ces soucis « , dit-il.

“MAINTENANT MON PLUS GRAND SOUCI EST D’ESPÉRER QUE CET ENDROIT NE FERME JAMAIS.”

APPELS TÉLÉPHONIQUES INATTENDUS
L’un des plus grands cadeaux que le logement en milieu de soutien des Bergers de l’espoir offre à ses résidents est le don de les réunir avec les membres de leur famille dont ils sont séparés.

En raison de la stabilité que procurent nos installations de logement en milieu de soutien, il n’est pas rare que nos résidents se réunissent avec des membres de leur famille qui se sont séparés. Nous voyons souvent une fille renouer le contact avec ses parents, un père se réconcilier avec ses enfants ou des frères et sœurs se parler pour la première fois depuis des années.

Récemment, Jimmy a reçu un appel téléphonique de son neveu, un agent de la Police provinciale de l’Ontario qui vit dans le Nord de l’Ontario. Il avait vu Jimmy dans un épisode de l’émission The Fifth Estate de la CBC qui présentait un reportage sur le programme novateur de réduction des méfaits The Oaks. Il voulait tendre la main à son oncle pour lui dire qu’il était fier de lui.

Peu de temps après, l’ex-femme de Jimmy l’a appelé. C’était la première fois qu’ils parlaient depuis des années. Elle lui a dit qu’elle avait de l’espoir pour son avenir.

Et pour la première fois depuis longtemps, Jimmy a de l’espoir pour son avenir.

 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

L’HISTOIRE DE JONAH

Jonah’s path from the street to stable employment and a permanent home was through our Rapid Housing and Employment Program.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE JONAH

Un emploi à temps plein à l’atelier de Bonne Journée a donné à Jonah l’occasion d’établir un horaire sain et stable, de s’engager dans un plan de rétablissement et de gagner un revenu.

Jonah est né à Hall Beach, au Nunavut. Il est venu à Ottawa à l’âge adulte pour se rapprocher de sa famille qui vivait dans la région et pour profiter des possibilités offertes par la grande ville.

Mais les choses ne se sont pas passées exactement comme il l’avait imaginé. Jonah a dû faire face à des problèmes d’abus d’alcool et d’autres drogues et a fini par vivre dans la rue, à l’intérieur et à l’extérieur du système des refuges.

N’A PAS D’EMPLOI, MAIS TRAVAILLE TOUJOURS
Pendant ses années dans la rue, Jonah a eu accès au Programme d’abris d’urgence transitoire des Bergers de l’espoir, où il a travaillé avec un gestionnaire de cas et a reçu des services adaptés à ses besoins particuliers.

Jonah a réussi à décrocher des petits boulots ici et là, mais malgré son éthique et son dynamisme au travail, il n’a jamais réussi à obtenir un emploi durable à temps plein.

Pour combler son temps entre deux emplois par des activités significatives, Jonah a commencé à aider le personnel du refuge et à faire du bénévolat dans la cuisine des Bergers. Le personnel a pris note de la nature laborieuse de Jonah et l’a identifié comme un candidat potentiel pour le Programme de logement et de l’emploi rapide (PLER).

UN BON JOUR SE LÈVE
Dès qu’il y a eu une ouverture, les travailleurs sociaux du PLER ont offert à Jonah un emploi chez les affaires de l’entreprise social des Bergers de l’espoir, atelier de Bonne Journée.

Cette expérience de travail à temps plein lui a donné l’occasion d’établir un horaire sain et stable, de s’engager dans un plan de rétablissement et de gagner un revenu qu’il a mis de côté pour acheter sa propre maison.

L’une des réalisations les plus chères à Jonah à la suite de son emploi à l’atelier de Bonne Journée a été de pouvoir acheter des cadeaux pour sa fille et son nouveau petit-fils au Nunavut.

LE FAIT DE POUVOIR RENOUER AVEC SA FAMILLE A APPORTÉ À JONAH UNE JOIE INCROYABLE.

Et pendant que Jonah participait au programme PLER, son gestionnaire de cas l’a aidé à obtenir un logement permanent. Ainsi, bien que ce soit la fin du temps de Jonas avec les Bergers, c’est le début d’un tout nouveau chapitre de sa vie.

 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

GRACE’S STORY

Grace travelled from Rwanda to Canada in search of hope — but her journey was just the beginning.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE STEVE

Steve rêvait d’aider les sans-abri. Littéralement.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE TEREZA

La consommation d’alcool de Tereza était hors de contrôle. Puis, elle a trouvé les Bergers.

EN SAVOIR PLUS

Grace worked full time while studying at Queen’s University, and graduated debt free. It seemed like her life was on course.

GRACE’S STORY

Grace’s road to hope has been a long and winding one.

At the age of 21, Grace escaped the turmoil of her native Rwanda and journeyed to Canada to make a better life for herself. She ended up in Kingston, where she pursued an undergraduate degree in civil engineering at Queen’s University while holding down a full-time job. She graduated debt free and planned on continuing her studies and following a master’s program.

UPROOTED AGAIN
Grace met a charming, well-educated man and the two soon began dating — but as their relationship deepened, Grace learned that his appealing exterior hid a cruel, vicious personality. He was violent, and wouldn’t let Grace end their relationship. One day, when he tried to break down the door to her apartment, Grace’s screams prompted a neighbour to call 911.

The man was known to police and had a documented history of abuse. The police suggested that Grace relocate to another city to escape him. Fearing for her life, Grace fled that night, leaving behind her job, her home and her dreams of higher education.

TEMPORARY SHELTER
She ended up on the doorstep of a shelter for abused women in Ottawa, where she lived for three months.

Around this time, Grace’s mother passed away suddenly. Grace travelled home to Rwanda for the funeral, a trip that exhausted her savings. When Grace returned to Ottawa, she was penniless, and without a place to call her own.

GETTING BACK ON TRACK
Grace found shelter at Shepherds of Good Hope. And while she stayed with us, a case manager worked with her to help her secure a permanent job, find housing and cover her moving expenses.

And now, after a long detour, Grace is finally back on the road to a brighter future.

 

DONATE ON BEHALF OF GRACE


 

La maladie mentale contribue grandement à l’itinérance, et les gens doivent le reconnaître.
– Steve MacIntosh, directeur adjoint principal, Bergers de l’espoir

L’HISTOIRE DE STEVE

Une nuit de 1998, Steve MacIntosh s’est soudainement réveillé d’un rêve dans lequel il travaillait dans un refuge.

Quelques jours plus tard, lorsqu’il a vu une annonce pour un poste de première ligne chez les Bergers de l’espoir, il s’est souvenu du rêve et a pris la coïncidence comme un signe. « Je me suis dit, qu’est-ce que j’avais à perdre ? Alors, j’ai postulé, et le reste, c’est de l’histoire ancienne « , dit-il.

20 ANS EN AVANT, 20 ANS EN ARRIÈRE
Steve est maintenant gestionnaire en soirée chez les Bergers, où il agit à titre de coordonnateur central pour tous nos programmes.

QUAND ON LUI DEMANDE CE QU’IL AIME LE PLUS DANS SON TRAVAIL, STEVE A DU MAL À CHOISIR.

Lorsqu’on lui demande ce qu’il aime le plus dans son travail, Steve a de la difficulté à choisir – probablement parce qu’il en fait beaucoup. Il travaille avec les gens au refuge principal et à la cuisine du centre-ville, mais il gère également les communications entre les six emplacements satellites des Bergers.
Il aide à résoudre les problèmes des clients, s’occupe des questions d’ordonnancement d’urgence et soutient le personnel de diverses façons – quelque chose de nouveau chaque jour.

« ÇA T’AIDE VRAIMENT EN TANT QUE PERSONNE »
Mais lorsqu’on lui demande d’identifier ce qui rend son travail si gratifiant, il dit : « Bien sûr, les clients ! Ils sont le cœur et l’âme de la raison de notre présence ici. Ils sont si authentiques. »
Il ajoute que le fait de travailler dans un refuge pour sans-abri permet d’avoir un aperçu de l’humanité. Nous faisons face à tant d’émotions tous les jours en travaillant ici. Ces expériences et les connaissances que vous en tirez-vous aident vraiment en tant que personne, dans un sens global. »
Steve apprécie également l’occasion d’interagir et de soutenir ses collègues. Sans parler des fameux Chili Cook-Off Bergers de l’espoir.

« CE N’EST PAS UN CHOIX »
La plus grande frustration de Steve, ce sont les idées fausses qu’il entend quand les gens parlent de l’itinérance. Il veut que les gens comprennent que l’itinérance n’est pas un choix et qu’ils ne sont pas des sans-abri parce qu’ils sont « paresseux » ou qu’ils « choisissent » de vivre dans la rue.

LES PERSONNES NE SONT PAS SANS-ABRI PARCE QU’ELLES SONT « PARESSEUSES » OU QU’ELLES « CHOISISSENT » DE VIVRE DANS LA RUE.

« Ce n’est pas vrai », dit-il. « Les gens sont ici pour diverses raisons, y compris des problèmes de toxicomanie ou de santé mentale. La santé mentale contribue grandement à l’itinérance, et les gens doivent le reconnaître. Ce n’est pas un choix pour beaucoup de gens ici, c’est plutôt une façon de survivre. »

Mais c’est Steve qui a choisi de se joindre à nous ici aux Bergers de l’espoir – et au nom de tous nos employés, bénévoles et clients, nous en sommes heureux.

 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

«Ma consommation d’alcool était incontrôlable. J’étais suicidaire. Puis, un miracle s’est produit – j’ai trouvé les Bergers de l’espoir.»
– Tereza, résidente de l’établissement de logements en milieu de soutien aux Bergers de l’espoir, résidence St. Andrew’s

L’HISTOIRE DE TEREZA

Alors qu’elle n’avait que 15 ans, Tereza a été forcée de fuir son village au Soudan, où une violente guerre civile avait coûté la vie à toute sa famille. Heureusement, les Nations Unies l’ont aidée à venir au Canada en tant que réfugiée.

« Je me souviens encore de ce que j’ai ressenti lorsque j’ai atterri à Toronto – pleine d’espoir. Je savais que j’allais enfin avoir une vie meilleure « , dit Tereza.

Mais les choses ne se sont pas passées comme elle l’avait imaginé.

“SE DÉTENDRE »
À Toronto, Tereza a été initiée à l’alcool. Au début, la consommation d’alcool l’aidait à se détendre dans un nouvel endroit étrange. Mais seulement au début. La vie dans la grande ville est devenue trop dure pour elle, et l’alcool ne l’améliorait pas.

Tereza a déménagé à Ottawa pour essayer de remettre sa vie sur la bonne voie, mais dans sa nouvelle maison, sa consommation d’alcool s’est empirée. Elle a essayé un certain nombre de programmes pour cesser, mais aucun d’entre eux ne semblait fonctionner.

Finalement, elle a été évincée de son appartement.

« Ma consommation d’alcool était incontrôlable. J’étais suicidaire, je voulais mourir. Puis, un miracle s’est produit – j’ai trouvé les Bergers de l’espoir. Et c’est là que tout a changé. » Tereza se souvient.

UN DIAGNOSTIC, UNE VOIE À SUIVRE
Elle ne le savait pas quand elle est arrivée au Canada, mais Tereza vit avec de graves problèmes de santé mentale. Lorsqu’elle est arrivée aux Bergers, le personnel l’a aidée à trouver un médecin qui lui a diagnostiqué la schizophrénie et le syndrome de stress post-traumatique. Le médecin lui a dit que pour qu’elle aille mieux, il fallait qu’elle arrête de boire.

Avant son diagnostic, Tereza buvait pour aider à faire face aux symptômes de ses maladies. Mais aux Bergers, elle a pu obtenir le soutien dont elle avait besoin pour comprendre et gérer ses troubles.

« C’ÉTAIT IL Y A 23 ANS, ET JE SUIS SOBRE DEPUIS. »

« Grâce aux Bergers de l’espoir, j’ai pu changer ma vie. C’était il y a 23 ans, et je suis sobre depuis « , dit Tereza avec fierté.

« UN LIEU DE GUÉRISON »
Tereza a passé deux ans au refuge les Bergers, où elle a trouvé la stabilité dont elle avait besoin pour reprendre le contrôle de sa vie. Quand elle était prête, son gestionnaire de cas aux Bergers l’a aidée à emménager chez la résidence St. Andrew’s – notre centre de logement en milieu de soutien pour les hommes et les femmes qui souffrent de problèmes de santé mentale et de toxicomanie, mais qui sont capables de vivre avec un niveau élevé d’autonomie.

« C’est un lieu de guérison. Le personnel du programme est d’un grand soutien et est toujours là pour vous aider quand vous en avez besoin. » Tereza dit.

Depuis son déménagement à la Résidence St. Andrew’s, Tereza a redéfini ses compétences de vie quotidienne, comme la cuisine et le nettoyage. Elle a également pu poursuivre ses études et travaille à l’obtention de son diplôme d’études secondaires, ce qu’elle n’aurait jamais cru possible.

DONNER EN RETOUR
Tereza trouve même le temps de redonner à sa communauté en faisant du bénévolat. Tereza utilise ses expériences passées pour aider d’autres personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale. « C’est l’une de mes plus grandes réalisations. Et tout cela, c’est grâce aux Bergers de l’espoir « , dit-elle.

« TOUT CELA EST POSSIBLE GRÂCE À TOI. »

Tereza tient une place spéciale dans son cœur pour les donateurs et les bénévoles qui soutiennent les Bergers de l’espoir.

« Tout cela est possible grâce à vous », dit-elle. « Je me demande souvent où je serais si tu n’avais pas pris le temps de soutenir les Bergers. Je suis reconnaissante d’appeler la Résidence St. Andrew’s mon chez moi, et je suis reconnaissant pour les gens comme vous. »

 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

KIRA’S STORY

 

DONATE ON BEHALF


 

JOHN’S STORY

 

DONATE ON BEHALF


 

GRACE’S STORY

Grace travelled from Rwanda to Canada in search of hope — but her journey was just the beginning.

READ MORE

GRACE’S STORY

Grace travelled from Rwanda to Canada in search of hope — but her journey was just the beginning.

Grace’s road to hope has been a long and winding one.

At the age of 21, Grace escaped the turmoil of her native Rwanda and journeyed to Canada to make a better life for herself. She ended up in Kingston, where she pursued an undergraduate degree in civil engineering at Queen’s University while holding down a full-time job. She graduated debt free and planned on continuing her studies and following a master’s program.

UPROOTED AGAIN
Grace met a charming, well-educated man and the two soon began dating — but as their relationship deepened, Grace learned that his appealing exterior hid a cruel, vicious personality. He was violent, and wouldn’t let Grace end their relationship. One day, when he tried to break down the door to her apartment, Grace’s screams prompted a neighbour to call 911.

The man was known to police and had a documented history of abuse. The police suggested that Grace relocate to another city to escape him. Fearing for her life, Grace fled that night, leaving behind her job, her home and her dreams of higher education.

TEMPORARY SHELTER
She ended up on the doorstep of a shelter for abused women in Ottawa, where she lived for three months.

Around this time, Grace’s mother passed away suddenly. Grace travelled home to Rwanda for the funeral, a trip that exhausted her savings. When Grace returned to Ottawa, she was penniless, and without a place to call her own.

GETTING BACK ON TRACK
Grace found shelter at Shepherds of Good Hope. And while she stayed with us, a case manager worked with her to help her secure a permanent job, find housing and cover her moving expenses.

And now, after a long detour, Grace is finally back on the road to a brighter future.

 

DONATE ON BEHALF OF GRACE


 

L’HISTOIRE DE STEVE

Steve had a dream of helping the homeless. Literally.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE STEVE

Steve had a dream of helping the homeless. Literally.

Une nuit de 1998, Steve MacIntosh s’est soudainement réveillé d’un rêve dans lequel il travaillait dans un refuge.

Quelques jours plus tard, lorsqu’il a vu une annonce pour un poste de première ligne chez les Bergers de l’espoir, il s’est souvenu du rêve et a pris la coïncidence comme un signe. « Je me suis dit, qu’est-ce que j’avais à perdre ? Alors, j’ai postulé, et le reste, c’est de l’histoire ancienne « , dit-il.

20 ANS EN AVANT, 20 ANS EN ARRIÈRE
Steve est maintenant gestionnaire en soirée chez les Bergers, où il agit à titre de coordonnateur central pour tous nos programmes.

QUAND ON LUI DEMANDE CE QU’IL AIME LE PLUS DANS SON TRAVAIL, STEVE A DU MAL À CHOISIR.

Lorsqu’on lui demande ce qu’il aime le plus dans son travail, Steve a de la difficulté à choisir – probablement parce qu’il en fait beaucoup. Il travaille avec les gens au refuge principal et à la cuisine du centre-ville, mais il gère également les communications entre les six emplacements satellites des Bergers.

Il aide à résoudre les problèmes des clients, s’occupe des questions d’ordonnancement d’urgence et soutient le personnel de diverses façons – quelque chose de nouveau chaque jour.

« ÇA T’AIDE VRAIMENT EN TANT QUE PERSONNE »

Mais lorsqu’on lui demande d’identifier ce qui rend son travail si gratifiant, il dit : « Bien sûr, les clients ! Ils sont le cœur et l’âme de la raison de notre présence ici. Ils sont si authentiques. »

Il ajoute que le fait de travailler dans un refuge pour sans-abri permet d’avoir un aperçu de l’humanité. Nous faisons face à tant d’émotions tous les jours en travaillant ici. Ces expériences et les connaissances que vous en tirez-vous aident vraiment en tant que personne, dans un sens global. »

Steve apprécie également l’occasion d’interagir et de soutenir ses collègues. Sans parler des fameux Chili Cook-Off Bergers de l’espoir.

« CE N’EST PAS UN CHOIX »

La plus grande frustration de Steve, ce sont les idées fausses qu’il entend quand les gens parlent de l’itinérance. Il veut que les gens comprennent que l’itinérance n’est pas un choix et qu’ils ne sont pas des sans-abri parce qu’ils sont « paresseux » ou qu’ils « choisissent » de vivre dans la rue.

LES PERSONNES NE SONT PAS SANS-ABRI PARCE QU’ELLES SONT « PARESSEUSES » OU QU’ELLES « CHOISISSENT » DE VIVRE DANS LA RUE.

« Ce n’est pas vrai », dit-il. « Les gens sont ici pour diverses raisons, y compris des problèmes de toxicomanie ou de santé mentale. La santé mentale contribue grandement à l’itinérance, et les gens doivent le reconnaître. Ce n’est pas un choix pour beaucoup de gens ici, c’est plutôt une façon de survivre. »

Mais c’est Steve qui a choisi de se joindre à nous ici aux Bergers de l’espoir – et au nom de tous nos employés, bénévoles et clients, nous en sommes heureux.

 

FAIRE UN DON AU NOM DE


 

L’HISTOIRE DE TEREZA

Tereza’s drinking was out of control. She was suicidal. And then, she found Shepherds.

EN SAVOIR PLUS

L’HISTOIRE DE TEREZA

« Ma consommation d’alcool était incontrôlable. J’étais suicidaire. Puis, un miracle s’est produit – j’ai trouvé les Bergers de l’espoir. »
– Tereza, résidente de l’établissement de logements en milieu de soutien aux Bergers de l’espoir, résidence St. Andrew’s.

Alors qu’elle n’avait que 15 ans, Tereza a été forcée de fuir son village au Soudan, où une violente guerre civile avait coûté la vie à toute sa famille. Heureusement, les Nations Unies l’ont aidée à venir au Canada en tant que réfugiée.

« Je me souviens encore de ce que j’ai ressenti lorsque j’ai atterri à Toronto – pleine d’espoir. Je savais que j’allais enfin avoir une vie meilleure « , dit Tereza.
Mais les choses ne se sont pas passées comme elle l’avait imaginé.

“SE DÉTENDRE »

À Toronto, Tereza a été initiée à l’alcool. Au début, la consommation d’alcool l’aidait à se détendre dans un nouvel endroit étrange. Mais seulement au début. La vie dans la grande ville est devenue trop dure pour elle, et l’alcool ne l’améliorait pas.

Tereza a déménagé à Ottawa pour essayer de remettre sa vie sur la bonne voie, mais dans sa nouvelle maison, sa consommation d’alcool s’est empirée. Elle a essayé un certain nombre de programmes pour cesser, mais aucun d’entre eux ne semblait fonctionner.

Finalement, elle a été évincée de son appartement.

« Ma consommation d’alcool était incontrôlable. J’étais s
uicidaire, je voulais mourir. Puis, un miracle s’est produit – j’ai trouvé les Bergers de l’espoir. Et c’est là que tout a changé. » Tereza se souvient.

UN DIAGNOSTIC, UNE VOIE À SUIVRE

Elle ne le savait pas quand elle est arrivée au Canada, mais Tereza vit avec de graves problèmes de santé mentale. Lorsqu’elle est arrivée aux Bergers, le personnel l’a aidée à trouver un médecin qui lui a diagnostiqué la schizophrénie et le syndrome de stress post-traumatique. Le médecin lui a dit que pour qu’elle aille mieux, il fallait qu’elle arrête de boire.

Avant son diagnostic, Tereza buvait pour aider à faire face aux symptômes de ses maladies. Mais aux Bergers, elle a pu obtenir le soutien dont elle avait besoin pour comprendre et gérer ses troubles.

« C’ÉTAIT IL Y A 23 ANS, ET JE SUIS SOBRE DEPUIS. »

« Grâce aux Bergers de l’espoir, j’ai pu changer ma vie. C’était il y a 23 ans, et je suis sobre depuis « , dit Tereza avec fierté.

« UN LIEU DE GUÉRISON »

Tereza a passé deux ans au refuge les Bergers, où elle a trouvé la stabilité dont elle avait besoin pour reprendre le contrôle de sa vie. Quand elle était prête, son gestionnaire de cas aux Bergers l’a aidée à emménager chez la résidence St. Andrew’s – notre centre de logement en milieu de soutien pour les hommes et les femmes qui souffrent de problèmes de santé mentale et de toxicomanie, mais qui sont capables de vivre avec un niveau élevé d’autonomie.

« C’est un lieu de guérison. Le personnel du programme est d’un grand soutien et est toujours là pour vous aider quand vous en avez besoin. » Tereza dit.

Depuis son déménagement à la Résidence St. Andrew’s, Tereza a redéfini ses compétences de vie quotidienne, comme la cuisine et le nettoyage. Elle a également pu poursuivre ses études et travaille à l’obtention de son diplôme d’études secondaires, ce qu’elle n’aurait jamais cru possible.

DONNER EN RETOUR

Tereza trouve même le temps de redonner à sa communauté en faisant du bénévolat. Tereza utilise ses expériences passées pour aider d’autres personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale. « C’est l’une de mes plus grandes réalisations. Et tout cela, c’est grâce aux Bergers de l’espoir « , dit-elle.

« TOUT CELA EST POSSIBLE GRÂCE À TOI. »

Tereza tient une place spéciale dans son cœur pour les donateurs et les bénévoles qui soutiennent les Bergers de l’espoir.

« Tout cela est possible grâce à vous », dit-elle. « Je me demande souvent où je serais si tu n’avais pas pris le temps de soutenir les Bergers. Je suis reconnaissante d’appeler la Résidence St. Andrew’s mon chez moi, et je suis reconnaissant pour les gens comme vous. »

 

FAIRE UN DON AU NOM DE